Communiqué de presse : L’étude ELPAS démontre l’efficacité d’un encadrement personnalisé pour prévenir l’augmentation du surpoids chez les adultes

15/01/2007 - L’étude ELPAS (Etude Longitudinale Prospective Alimentation et Santé) a testé auprès de 1013 familles des conseils alimentaires simples, en lien avec les recommandations nutritionnelles nationales sur les lipides et les glucides. Les familles ont été réparties en trois groupes : un groupe témoin qui n’a pas reçu de conseils alimentaires, et deux groupes d’intervention invités à diminuer leurs apports en graisses et à augmenter leurs apports en féculents, en maintenant (groupe A) ou en diminuant (groupe B) leurs apports en sucres.

Les résultats d’une étude d’intervention nutritionnelle sans équivalent mondial Les « Elpassiens » : une population urbaine au niveau socio-économique élevé Les 1013 adultes (âge moyen : 40,5 ans ; 82 % de femmes) et les 1013 enfants (âge moyen : 7,7 ans ; 53 % de filles) résidaient tous à Paris ou en proche banlieue. 51% des adultes appartenaient aux catégories socio-professionnelles supérieures (cadres et ingénieurs, professions libérales, chefs d’entreprise), ce qui indique un niveau socio-économique élevé. Par ailleurs, 18% des enfants et 33 % des adultes présentaient un excès de poids.

Des modulations nutritionnelles proches des objectifs de l’étudeDès les premiers mois de l’encadrement diététique personnalisé, les enfants et les adultes des groupes d’intervention ont modifié leur alimentation dans le sens de leurs objectifs. La diminution importante des apports en graisses, voire en sucres, n’a pas été totalement compensée par l’augmentation des apports en féculents, en particulier dans le groupe B. Les interventions ont ainsi induit une baisse des apports énergétiques de 60 à 150 kcal/j.

Une absence d’effet clinique prévisible chez des enfants en bonne santé Chez les enfants, les modulations nutritionnelles observées n’ont pas eu d’effet sur l’évolution de la corpulence (Indice de Masse Corporelle, IMC) après huit mois d’intervention. Cette absence d’effet peut s’expliquer par le fait que des enfants globalement en bonne santé et en pleine croissance s’adaptent physiologiquement aux modifications nutritionnelles induites. De plus, la durée de l’étude est insuffisante pour mettre en évidence d’éventuels bénéfices à moyen et long terme. Chez les enfants initialement en excès de poids, le fait de participer à ELPAS s’est traduit par une stabilisation de la corpulence, quel que soit le groupe, ce qui semble indiquer un effet bénéfique de la participation à l’étude.

Comme chez les adultes, l’activité physique des enfants n’a pas évolué différemment d’un groupe à l’autre au cours d’ELPAS. L’étude incite à penser qu’une approche multifactorielle et familiale, associant l’acquisition précoce de repères alimentaires et l’incitation à l’activité physique, constituerait probablement un bon levier pour une prévention primaire du surpoids et de l’obésité infantile.

Chez les adultes, un encadrement diététique personnalisé efficace pour prévenir l’augmentation de corpulence habituellement constatée L’augmentation de la corpulence constatée chez les adultes du groupe témoin est semblable à ce qui est habituellement observé en pratique clinique. L’intervention nutritionnelle du groupe A a permis de freiner cette augmentation, tandis que l’intervention du groupe B a conduit à une stabilisation de la corpulence, associée à une perte de masse grasse. L’intervention B participe donc à la diminution du risque de surpoids dans la population d’ELPAS.

Une analyse exploratoire a été menée afin d’étudier, dans chacun des groupes, les effets des interventions nutritionnelles en fonction de la corpulence de départ. Chez les sujets de poids initial normal, seule l’intervention B a permis de prévenir l’augmentation de corpulence. Chez les sujets initialement en surpoids ou obèses, les deux interventions ont permis de diminuer la corpulence. Ces résultats préliminaires devront être confirmés lors d’études ultérieures. Par ailleurs, l’importante diminution des apports lipidiques obtenue dans les deux groupes d’intervention grâce à l’encadrement diététique personnalisé pourrait présenter un intérêt en prévention des maladies cardiovasculaires.

Une analyse des données de consommation pour mieux comprendre les leviers alimentaires des modulations nutritionnelles Au cours de l’étude ELPAS, des données de consommation relatives à des dizaines de milliers de journées de recueil ont été relevées, aussi bien chez les enfants que chez les adultes. L’analyse de ces données visera à mieux comprendre par quelles modifications des apports alimentaires (modification de taille de portion, substitution d’aliments, modification du mode de préparation culinaire…) les modulations nutritionnelles ont été obtenues au cours de l’intervention.

Les Comités Scientifiques de Pilotage et de Surveillance d’ELPAS* Initiée par les pouvoirs publics dans le cadre du réseau RARE (Réseau Alimentation Référence Europe), l’étude ELPAS a reçu le soutien financier du Ministère de l’Education Nationale, de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, du Ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation, de la Pêche et de la Ruralité et s’est réalisée avec l’étroite collaboration du Rectorat de Paris et de la Mairie de Paris. Elle a par ailleurs bénéficié de fonds privés au travers de partenariats engagés avec Avenance Enseignement, le Cedus (Centre d’Etudes et de Documentation du Sucre) et la Fondation Louis Bonduelle. La société Nutri-Health a assuré la coordination scientifique de l’ensemble du programme ELPAS. Le recueil et l’analyse des données ont été confiés à Quanta Médical. * Composition des comités scientifiques sur www.elpas.fr

CONTACTS PRESSE Francis Bornet et Damien Paineau Nutri-Health 8 rue E. et A. Peugeot - 92566 Rueil Malmaison cedex Tél : 01 47 08 85 89 E-mail : d.paineau@nutri-health-sa.com


Communiqué de Presse