Extraits de : " AZOTH "



Le Soufre

Parlons d´abord du Soufre.

image

Le Lion Rouge

Confondue souvent avec l´or natif dit vulgaire, la matière première de la pierre philosophique a été appelée : souffre philosophique ou pierre Adamique, le Lotus, le Lys, le sang du Christ, le Graal, la Pierre du Soleil, l´Or des Sages, la magnésie et aussi la pierre vile de nulle valeur...

Cette énumération aux allures de litanies semble née de l´imagination d´un dément ou d´un poète : ces noms ne présentent à prime abord, aucun rapport entre eux et témoignent là encore de ce goût de l´ésotérisme cher aux Alchimistes.

Pourtant, ces vocables désignent tous le même matériau dans le langage à la fois mystérieux et poétique qu´est le leur. Il est possible de justifier le choix de chacun des mots choisis et qui étaient intelligibles et clairs pour les adeptes et les initiés du Grand Art.

Commençons par la pierre Adamique ou pierre d´Adam : le premier homme façonné par Dieu dans un bloc d´argile - Adam - désigne ainsi la terre rouge, la terre première née du feu ou du Soleil, le sexe masculin, de race divine. (Il est à noter que le mythe de la création de l´homme est commun sous cette forme, à toutes les races).

Or, chez les Etrusques, les hommes représentés sur les fresques qui décoraient les parois des tombes, étaient peints en rouge, par opposition aux femmes blanches et cette particularité se retrouve chez les Phéniciens, les Egyptiens et les Mayas. La couleur rouge désigne chez les peuples de l´Antiquité le principe mâle, comme le blanc représente le sexe féminin.

Et de conclure que la pierre Adamique est une terre rouge d´origine royale, mâle et née du feu.

Le lotus, lui est la variante asiatique et égyptienne de notre Lis.
Nous nous arrêterons au choix du lis qui était l´emblème des rois de France : - gravé sur des médailles, frappé sur les blasons, tissé d´or dans les banderoles, les housses de destriers, rehaussant les mains de justice, et il est l´enseigne du Roi, symbole de sa majesté.
Mais, la fleur des Rois, blanche ne satisfait qu´en partie à la définition de la pierre. Inversons les lettres : - SIL - apparaît alors, et ce mot, d´origine latine, désigne l´argile ocre rosé avec laquelle les anciens faisaient des poteries rouges.

Ces deux mots en miroir L I S - S I L réunissent alors le double symbole de la pierre : sa royauté et la terre rouge de la création première.

Le sang du Christ, qui nous fait toucher après la Bible et l´Egypte ancienne, au monde judéo-chrétien et à son merveilleux, est aisé à comprendre : Jésus, descendant de David, fils de Roi, crucifié sur le Calvaire, au flanc percé par la lance, et dont le sang rouge fut recueilli par Joseph d´Arimatie.

Pierre du Soleil... et on ne peut qu´évoquer Amon-Re ou RA, le Dieu Soleil dont la rouge effigie orne les fresques.

La Pierre vile et de nulle valeur est une formule qui accompagne presque toujours les expressions citées et qui ne figure jamais seule. On peut avancer que le matériau ainsi défini, n´était ni noble, ni coûteux, puisque méprisé des anciens, et ce ne pouvait être ni or, ni argent, ni mercure, chers et recherchés à l´époque.

Au terme de cette analyse, nous avons la certitude que la pierre en question est rouge, mâle, née du feu, qu´elle n´est pas précieuse au sens où l´entendent les lapidaires.

Parlons enfin du GRAAL:
La coupe qui, selon la légende, a contenu le sang du Christ. Nous en terminons par ce mot - Car c´est le plus évocateur, le plus chargé de sens et que par son écriture même, il apparaît comme le mot Clé, le maître mot.

Le mot GRAAL a plusieurs sens comme beaucoup de termes dans les récits du Moyen Âge : il désigne le vase sacré, comme nous l´avons dit plus haut, mais il indique aussi la matière première.

Nous ne sommes pas sans savoir que le thème des romans du cycle Arthurien est la quête du Graal et que parmi les chevaliers promis à cet exploit, Lancelot du Lac est l´une des figures les plus nobles et les plus significatives. Mais le chevalier blanc, en dépit de ses prouesses, connaîtra l´échec.
Pourquoi ?
Décomposons le nom du chevalier : Lancelot du Lac qui par un simple jeu d´association d´idées peut devenir Lance l´eau .
- Lac, de lacté, désigne la couleur blanche.
Le Chevalier est aussi celui qui lance l´eau blanche et l´on ne peut s´empêcher de penser au cinabre qui donne le mercure (l´eau blanche) quand on le frappe.
Mais le mercure n´est pas la matière première, il est blanc et s´il a un rôle à jouer, il sera secondaire, dans le récit, car Lancelot ne fera jamais la conquête du Graal et c´est à son fils Galaad qu´échoua ce rôle. Ce qui nous permet d´affirmer que le mercure sera indispensable pour donner un fils capable d´accomplir le prodige.

Rembrandt dans une de ses eaux-fortes, intitulée " Le Docteur FAUSTUS ", représente un Alchimiste en contemplation devant une apparition rayonnante où s´inscrit dans un médaillon les mots ALGAR, ADAM, AGLA, sur fond de soleil. Le mot ALGAR est l´anagramme de GRAAL et tout s´interprète à la façon d´un rébus - le Soleil - RE se soude comme un préfixe au mot ALGAR pour donner le REALGAR, sulfure naturel d´arsenic, né du feu des mines qui est de couleur rouge.
Enfin, l´arsenic vient du mot arsen qui veut dire mâle.

image      image


On ne peut trouver de définition plus claire et plus complète de la matière première.

A présent, quand vous ouvrirez un livre d´Alchimie, ce ne sont plus des énigmes que vous aurez à déchiffrer, vous ferez comme Œdipe, vous participerez à l´œuvre.

L´inviolabilité des secrets a été assurée jusqu´à ce jour.

Mais, aujourd´hui, en possession de la solution, de la réponse, penserez-vous peut-être que ce n´était, après tout pas difficile à deviner !

Pour en finir avec le Réalgar, qui était considéré comme une pierre vile, de nulle valeur, rejetée même comme toxique, née du feu, rouge, mâle, c´est la matière principale qui entre dans le soufre philosophique.

Pour connaître la composition du Soufre, il faut savoir discerner les affinités des différents métaux utilisés pour faire le Grand-Œuvre.

Pour cela, faisons un tri des métaux et associons-les par affinité, car le soufre est Adam, et donc constitué de matériaux de même couleur.

image

image


Sept des métaux sont symbolisés par les signes suivants:

image

Pour la composition du Soufre, ce sont les métaux rouges, les métaux virils qui entrent en jeu. On peut se demander pourquoi ces signes symboliques désignent les métaux.

Ce n´est pas une utilisation des signes préexistants mais une construction, un assemblage d´éléments pour désigner quelque chose et dont il faut interpréter le sens caché. Les éléments de base sont :
- le cercle ponctué = Soleil
- Le croissant = Lune
- Et la croix, qui en Alchimie, désigne le creuset, mais aussi le sel, c´est-à- dire l´union du sel avec le creuset.

Voici les définitions des métaux d´après leur symbole :
- Mars est constitué du Soleil surmonté d´une croix.
- Vénus est un Soleil qui coiffe la croix.
Ces deux signes inversés comme dans un miroir sont des métaux solaires.

- Jupiter est désigné par une croix où s´inscrit un croissant dans le quart supérieur gauche.
- Et Saturne la même croix dont le croissant s´inscrit dans le quart supérieur droit.
Ce sont des métaux lunaires.

Quant à Mercure, c´est une croix surmontée du Soleil que coiffe le croissant de lune. Sans distinction, ce symbole désigne un métal androgyne qui peut s´allier avec les métaux solaires et lunaires. C´est avec lui que va s´opérer la conjonction.

Hélios, le Soleil, est un Dieu à part dans la mythologie, il n´entre pas en conflit avec les autres Dieux, ne participe pas à leurs querelles : il voit tout, domine tout. C´est une fin, après lui il n´y a rien. Sa naissance d´Hyppérion et de Theia lui a conféré un statut spécial ainsi qu´à Sélène (la lune), EOS (l´aurore), ses deux soeurs. Le représentant d´Hélios désigné par le signe planétaire O est Apollon le Lion Rouge, notre réalgar.

A l´or, métal solaire, s´adjoignent le cuivre de Vénus et le fer de Mars. Certain épisode de la mythologie grecque nous apprend qu´Aphrodite avait pour Ares des affinités très marquées.. Elle était l´amante d´Arès et Héphaïstos, le mari trompé acceptait son infortune avec bienveillance.

Héphaïstos, Dieu forgeron, représente le feu qui scellera l´union du fer et du cuivre.

Les termes qui désignent les trois composants du soufre sont :

  1. Apollon
  2. Aphrodite
  3. Arès

Les trois lettres initiales ne sont que les 3 A de l´azoth de Paracelse.
Le commencement de l´infini dans les trois langues sacrées.

A à Z
Alpha à O
Alep à Th


SOL
Vénus
Mars
Et la lecture des trois premières lettres, verticalement et de haut en bas donne :
- S V M -
qui est la définition que Jésus-Christ donne de lui-même : " JE SUIS ", mais aussi celle du soufre philosophique.

Un adepte peu connu, René Schwaeble a donné dans son livre " L´Alchimie Simplifiée " une description remarquable du soufre.
Il utilisait pour son expérimentation de l´or natif, d´où une préparation peu rentable, mais il démontra que la transmutation des métaux n´était pas un mythe, ce qui était le but de son œuvre.

Sa façon de travailler l´or, et le résultat laissent à penser qu´il œuvrait à coup sûr et que c´était un adepte qui parlait.

Un autre alchimiste désigne le soufre par un dragon que l´on tue avec une épée flamboyante au pommeau de cuivre : le dragon, le réalgar, est tué par le feu incandescent et le cuivre supporte le fer. Rien n´est omis, les vapeurs suffocantes et nocives tourbillonnent...

La composition du soufre était connue, représentée, décrite.

Fulcanelli, lui, disait d´utiliser des métaux de mêmes affinités, de ne pas mélanger au départ les mâles et les femelles (lire les rouges et les blancs). Tout l´art est là.

Pour travailler ces trois éléments : il faudra d´abord pulvériser le réalgar, puis le dissoudre avec de la potasse.
Un poème de F. Villon, tiré de la Ballade, donne la définition du soufre.

En réalgar, en arsenic rocher
En orpiment, en salpêtre et chaux vive
En plomb bouillant pour mieux les emorcher
En suif et poix détrempé de lessive
Faite d´étain et de pissat de juive

Dont voici la traduction :

Dans le minerai de réalgar ou d´orpiment
Que tu dissous avec de la soude (potasse)
Rendue liquide pour le ronger
Rendu comme poix détrempé, (c´est-à-dire)
Fermenté dans le bain de Marie la juive (bain marie).

Dans cette strophe, tous les éléments sont désignés et la description comporte peu de mystère. Villon a été un Initié avant que d´être un adepte de la Cour des Miracles.

Mais, reconnaissons que s´il a livré au vulgaire l´art de I´Argô, le véhicule, l´arche des Argonautes, c´est-à-dire un langage secret, il a su lui conserver avec une ironie marquée, son symbolisme : l´Argot Cabalistique étant devenu l´argot de la cabane (prison) parlé par les malandrins, la langue Verte : (de Vert = Vérité).

A ce sujet, l´Argot, langage mystérieux, a été construit par l´homme aux cent yeux, celui qui sait et qui voit tout, Argus, tué par les Argiphontes, (autre nom de Mercure).
A sa mort, les dieux se sont emparés de ses yeux dont ils ont ocelé la queue d´un paon. En clair, le mercure détruit et tue et au stade final de l´opération, les couleurs irisées sont celles du paon.

Il faut détruire le réalgar avec de la potasse afin qu´il se fixe car c´est un corps très volatil, puis on ajoute à la composition, le fer et le cuivre réduits en sel (nitrate).
La fermentation va se produire au bain-marie pendant 40 jours. Après on laisse sécher lentement la préparation au soleil qui la réduit enfin en poudre.

On va travailler cette poudre avec un modérateur car l´opération s´avèrerait par trop dangereuse. C´est un autre élément naturel que l´on va prendre, appelé huile de pierre, huile de terre (il faut rester dans le règne minéral), que nous connaissons et utilisons tous : le pétrole incolore.

Il faut utiliser une cornue au col effilé pour que l´échappement se fasse avec modération et pour qu´il y ait à l´intérieur du ballon une légère compression.

La distillation se fera à feux doux, 30° au maximum au départ et on augmentera progressivement la chaleur jusqu´à 80° maximum.

Alors apparaîtra un distillat de couleur rouge : c´est le sang du Christ, le sang du Graal, on dit aussi que le pélican perce ses flancs.

Ce travail est long et difficile car il faut surveiller constamment la température de manière à ce qu´elle n´excède jamais 80°.

Il faut mettre à part le distillat rouge recueilli ; les résidus que contient la cornue doivent être lavés plusieurs fois avec le premier distillat obtenu et incolore. On filtre cette préparation avec un filtre ordinaire pour récupérer toute la matière colorante rouge.
Au terme de l´opération on réduira lentement la liqueur rouge à 30°, par évaporation jusqu´à consistance résineuse d´une matière rouge appelée soufre philosophique.

Un Roi est né de votre travail.

dessin

Les résidus que contient le filtre sont très nocifs et dangereux : c´est un poison mortel qu´il ne faut pas manipuler mais enterrer profondément.
Dans cette opération lente (il faut compter plus de trois mois pour obtenir le résultat final, en partant du réalgar) vous avez transformé trois métaux : réalgar, cuivre, fer n´existent plus, il n´y a pas un alliage, mais création d´un nouveau-né que l´on peut utiliser à des fins intéressantes.
Quant à nous, nous nous contenterons du Soufre, matière entrant dans le Grand Œuvre.

Vous ne pourrez pas aller plus vite, chaque opération est indispensable pour la réussite de l´expérience et les délais sont à respecter.
Ceux qui veulent en rester là le peuvent : le résultat obtenu n´est pas négligeable. Vous avez matière à réflexion et à votre disposition un corps aux possibilités multiples qu´il vous est loisible de chercher et de trouver.

Bien des adeptes ont jugé suffisant le soufre qu´ils ont travaillé à leur façon : ses emplois sont variés, c´est un réducteur, un colorant puissant. Saint Germain n´a employé que le soufre et c´était le plus grand teinturier qui ait jamais été.
Le soufre a aussi un pouvoir de cristallisation très puissant. C´est tout ce que l´on peut dire à son sujet, si ce n´est que certains pharmaciens pourraient l´utiliser à un stade plus élaboré.
Tel qu´il est, il vaut déjà bien plus que tout ce qui existe. Et il va nous être indispensable pour le Grand Œuvre.

On peut obtenir un soufre légèrement différent en partant de l´or.
Et il s´agira, pour cela, d´extraire le principe vital de l´or, comme le décrit si bien Schwaeble.

D´abord, réduire l´or en chaux : pour cela, prendre de l´or en feuille, le dissoudre dans du mercure vulgaire (celui-là étant androgyne va aussi bien avec le soufre qu´avec le mercure philosophique).

Ensuite, laver et pétrir jusqu´à ce que l´amalgame soit dur et que l´eau coule claire - Mettre dans une capsule de porcelaine cet amalgame et l´acide obtenu de la façon suivante : Prendre un kilo d´acide azotique à 40°, y ajouter 300 g de matière animale sans éléments graisseux (du mou par exemple), chauffer jusqu´à dissolution complète de la matière organique et filtrer sur amiante. C´est un acide oxalique, dont la composition atomique est C4 H2O9. Alors que l´acide oxalique ordinaire a pour composition C2 H2 O2. Cet acide, tout en ne dissolvant pas l´or, fait disparaître le mercure.

Ainsi, on a ouvert l´or. C´est ce que l´on appelle la calcination par voie humide. Il ne reste que le fixe. Cette chaux (la terre primitive) de couleur blanche, est la magnésie, la terre vierge, prête à être travaillée pour donner le soufre.

Prenons cette chaux blanche d´origine aurifère, bien lavée, plaçons-la dans un matras de forme ovale à long col. Versons sur cette terre une huile soufreuse et non sulfureuse, de nature minérale, c´est-à-dire du pétrole et mettre au feu de digestion de la même façon que pour le composé de realgar. On obtient le liquide rouge, puis le soufre philosophique.
Mais si avec ce procédé vous obtenez une transmutation dans l´œuvre finale vous n´obtiendrez que des résultats médiocres d´un rapport maximum de 1/1. C´est-à-dire, dérisoire, à nos yeux.
Et pourtant, avec ce soufre, réduction condensée, vous pouvez changer du plomb en or.
On peut, de plus, utiliser à d´autres fins, ce soufre issu de l´or directement, ainsi que la poudre de projection dans le domaine médical par exemple.
Mais là est un autre sujet.
Revenons à ce qui nous concerne...







imprimer